Recherche en terrain sensible : le rapport de confiance et le choix du bon moment

« Recherche en terrain sensible : le rapport de confiance et le choix du bon moment » par Khadidja Sahraoui, Pierre-Olivier Weiss

Séance du 20 mars 2015

Nous voulons aborder avec vous les difficultés que peuvent avoir les chercheurs à aborder des « terrains sensibles » dans leurs objets d’étude.

Tout d’abord, rappelons que ce qualificatif a été tout d’abord appliqué à des espaces urbains, des zones puis des quartiers, avant d’être accolé au terme de « terrain ». C’est au début des années 1990 qu’apparaissent les ZUS, « appellation donnée dans le cadre de la politique de la ville aux zones urbaines sensibles » comme le rappelle Alain Vulbeau (2007 : 11)[1]. Ces ZUS, classées comme zones prioritaires, prennent souvent le nom de quartiers sensibles, lorsqu’elles sont évoquées par les médias. Ici, à l’image des quartiers sensibles, les terrains évoqués font référence à des espaces particuliers (camps, quartiers, ghettos), à des conditions sociales stigmatisantes (réfugiés, clandestins, illégaux), à des contextes marqués par la violence, le danger ou la souffrance. Ils s’inscrivent dans le courant de certaines recherches ethnographiques récentes évoquées par exemple dans l’ouvrage Terrains sensibles. Expériences actuelles de l’anthropologie (2005)[2] qui interroge les techniques d’enquête et les postures du chercheur dans des situations de terrains sensibles.

Les terrains sensibles présentent souvent des méthodologies spécifiques en particulier parce qu’ils impliquent de renoncer, ou à modifier, le protocole d’enquête ; au minimum, ternir compte du caractère particulier du terrain d’enquête.

Au-delà de ces caractères, un terrain devient sensible lorsqu’il évolue brusquement sous l’effet de contraintes exogènes, lorsque son histoire s’emballe, bouscule, détruit l’ordre préétabli. C’est par exemple le cas du terrain afghan de Pierre Centlivres[3], marqué par des invasions successives, qui obligent le chercheur à reconsidérer, à la hâte, ses lieux d’enquête (les camps au Pakistan), ses interlocuteurs (des réfugiés, des agences humanitaires) et sa méthodologie (abandon de l’observation participante).

POSTURE ÉPISTÉMOLOGIQUE DU CHERCHEUR SUR SON TERRAIN

Mais on peut également coller l’étiquette à d’autres terrains, plus proche de nous. Ce n’est pas simplement par que les médias, ou les pouvoirs politiques qualifient un terrain de sensible qu’il l’est forcément pour le chercheur.

Quelques positions possibles/probables : 1/ Question de l’intégration (ou non) au milieu enquêté ? 2/ Observation participante (intégration forte semble nécessaire), directe (plus faible intégration mais la présence doit être validée), à distance éventuellement (travail statistique, travail d’archive : Observatoire des zones urbaines sensibles par exemple) ? 3/ La question de la relation des enquêtés avec les institutions (police et médias, notamment) doit également être prise en compte.

Conditions d’enquête particulières : relation de confiance et une familiarité qui ne peuvent s’instaurer que par une présence quotidienne sur la longue durée, une dimension temporelle à la fois longue et hachée par des évènements imprévus qui impliquent des réajustements permanents de la part du chercheur. Cela exige aussi d’atténuer la distance entre le chercheur et la personne enquêtée, en bricolant une méthodologie fondée sur le dialogue et les discussions informelles plutôt que sur des entretiens. Cela exige enfin l’implication du chercheur, mais aussi sa responsabilité afin de ne pas porter préjudice aux personnes enquêtées. Ces conditions d’enquêtes particulières sont autant d’éléments sensibles de ce terrain.

Ouvrage intéressant : Bouillon, Florence, Frésia, Marion & Tallio, Virginie (dir.), Terrains sensibles. Expériences actuelles de l’anthropologie. Paris, EHESS (« Dossiers africains »), 2006.

*Considérations premières :

Selon l’auteur, désormais « le terrain apparaît comme un construit et non comme une donnée qu’il suffirait d’enregistrer » (p. 20). Trois questions parcourent de part en part les contributions des auteures : la première concerne l’importance de l’identification du chercheur sur son terrain, la deuxième révèle la place du contre-don dans la relation ethnographique et enfin, le problème de l’implication est largement soulevé.

*Don et contre-don :

Le second aspect soulevé est celui du rapport donneur-receveur qui caractérise particulièrement la relation d’enquête. Le chercheur est très souvent engagé dans un tel rapport avec ses informateurs. S’il ne s’agit bien sûr pas d’argent, le chercheur doit être en mesure de rendre certes, mais de rendre le contre-don « adéquat ». Florence Bouillon dresse à ce titre une typologie des contre-dons. L’aide (administrative pour des étrangers en situation d’irrégularité par exemple), l’écoute car l’ethnographe est parfois pour l’informateur une oreille attentive et enfin, la gratification symbolique liée au prestige que représente la participation à un travail universitaire, sont les trois formes de contre-don relevées par l’auteure. Au cœur de la relation ethnographique, ce contre-don s’apparente plus à du lien qu’à du savoir, conclut-elle, et le chercheur doit se rendre à l’évidence qu’il est le grand bénéficiaire de son enquête et que ses informateurs n’y gagnent rien qui puisse changer leur existence.

Ainsi, c’est tout autant la relation du chercheur aux « autres » qui est questionnée dans cet ouvrage que celle, plus rarement abordée, des « autres » envers le chercheur. Réciproque nécessaire bien que non suffisante pour avancer dans un « souci de responsabilité » consistant à être « épistémologiquement, éthiquement et politiquement cohérent, aussi bien dans son rapport au terrain et à ses acteurs que dans les rapports au monde professionnel et aux demandes institutionnelles hors de son terrain » (Fassin, p. 99).

*Posture méthodologique, entre dedans et dehors : L’ethnographe doit-il tenir une position d’extériorité ou d’intériorité sur son terrain ? Mais attention, les terrains non sensibles des uns sont peut-être les terrains sensibles des autres…

1/ Il semblerait que certains terrains ne s’y prêtent pas (Khadidja ?). En effet, cette question repose la question du cadre dans lequel s’inscrit une recherche (association, collectif, etc.) et des relations de confiance établies entre le chercheur et ses informateurs.

2/ L’enquêteur peut dans une certaine mesure se sentir instrumentalisé (recherche Piero ZSP ; demandent d’amélioration du cadre de vie ; les enquêtés nous prennent pour un relais solide des pouvoirs publics, attente forte de la part de certains, grande méfiance de la part d’autres ; les institutionnels sur le terrain comme les centres sociaux ou l’association des locataires peut aussi tenter d’utiliser la recherche pour faire valoir quelques doléances). Ceci amène à des situations où l’enquêteur ne veut ni briser la confiance, ni endosser un rôle qu’il ne peut assumer.

Autre point intéressant : Comment retranscrire les propos sans trahir ses informateurs (dealers, etc.) ; ne pas donner d’informations pouvant soit révéler l’identité ou des modes opératoires illégaux mettant en danger des individus.

[1] Vulbeau, Alain (2007), L’approche sensible des quartiers « sensibles ». Une posture de proximité, Informations sociales, n° 141, pp. 8-13.

[2] Bouillon, Florence ; Fresia, Marion ; Tallio, Virginie (dir) (2005), Terrains sensibles. Expériences actuelles de l’anthropologie, Paris, EHESS.

[3] Centlivres, Pierre (1998), Chroniques afghanes, 1965-1993, Amsterdam, Éditions des archives contemporaines.

Source 1 : http://www.mshs.univ-poitiers.fr/migrinter/e-migrinter/201209/e-migrinter2012_09_003.pdf

Image : sources : http://www.google.fr/imgres?imgurl=http%3A%2F%2Fwww.culturenego.fr%2Fimg%2F030613_121436_alternego.jpg&imgrefurl=http%3A%2F%2Fwww.culturenego.fr%2Fblog%2Fnegociation%2F47%2Fpourquoi-dire-non-est-difficile-&h=280&w=590&tbnid=zPi7nb_04_IqYM%3A&docid=S6ECW1-cPa4qyM&ei=yxIDVujbN4yzUdOEong&tbm=isch&iact=rc&uact=3&dur=1545&page=1&start=0&ndsp=12&ved=0CE0QrQMwCGoVChMIqO2_rIaOyAIVjFkUCh1TgggP


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *