L’approche biographique : la confrontation de perspectives concurrentes à l’épreuve des pratiques de terrain

L’approche biographique : la confrontation de perspectives concurrentes à l’épreuve des pratiques de terrain

Par Joseph Cacciari et Célia Lamblin

Séance du 17 avril 2015

Avertissement aux lecteurs

Le texte qui suit est la retranscription d’une présentation orale réalisée dans le cadre d’un séminaire de doctorants : Les chantiers de thèse du LAMES. Au sein de celui-ci, l’objectif est de favoriser une prise de parole et des discussions plus « relâchées » que celles qui ont cours habituellement dans le cadre universitaire où déborde, bien souvent, la frénésie de l’évaluation, du jugement et de la comparaison entre pairs. Aussi, le texte ci-dessous conserve-t-il, volontairement, l’aspect « en construction » de la pensée des auteurs sur le sujet de l’exposé qui leur a été attribué après avoir été déterminé par le collectif des doctorants du LAMES en début d’année universitaire.

L’approche biographique de quoi parle-ton ?

Peut-être convient-il de revenir sur le titre donné à cette séance. L’approche biographique : la confrontation de perspectives concurrentes à l’épreuve des pratiques de terrain. Poser les choses de cette manière, amène à percevoir la question de l’approche biographique comme une spécificité au sein même de la sociologie. Au contraire, nous [les auteurs] partageons l’idée que l’approche biographique est une composante essentielle de la sociologie, partie intégrante de la démarche des chercheurs en sciences sociales. C’est un élément essentiel qui est mobilisé, utilisé par l’ensemble des chercheurs en sciences sociales et humaines. N’importe quel sociologue récupère des données biographiques. Les « quantitativistes » par exemple : quand ils questionnent les individus sur leur âge, leur sexe, leurs revenus, leur adresse … récoltent des données biographiques. Pour le dire autrement la sociologie en générale et n’importe quel type d’approche au sein de la grande famille de sociologues fait appel à des données biographiques, ce qui finalement nous pousse à nous demander : de quoi parle-t-on lorsque l’on parle d’approche biographique?

Si ce n’est pas le recours aux données biographiques qui situe les auteurs, c’est bien le statut que l’on confère à l’approche biographique ou plutôt la place que l’on donne aux matériaux biographiques dans les analyses qui distinguent les « approches ». Il y a, en effet, des perspectives différentes, voire concurrentes, que l’on va discuter dans cette présentation.

C’est peut-être caricatural ou schématique, mais pour exposer les choses simplement on peut dire que nous aurions d’un côté les historiens, de l’autre les psychologues et nous sociologues et anthropologues au milieu. D’un coté, les psychologues feraient un usage très central des matériaux biographiques, où l’individu serait au centre de leur approche. Les récits de vie sont intéressants en soi, et l’individu serait au cœur même de l’analyse ; l’individu s’explique par l’individu. De l’autre côté, pour les historiens, les biographies serviraient davantage à expliciter un contexte d’ordre plus général.

Les deux auteurs de cette présentation se situent à la fois au milieu de ces deux pôles et en même temps la démarche choisie est sûrement plus proche de celle des historiens car les acteurs ne sont « intéressants » que dans la mesure où ils nous éclairent sur des dynamiques sociales, des processus historiques …

Dans ce sens, l’expérience individuelle n’a de sens et d’intérêt que lorsqu’elle est située dans un contexte, mais aussi parce qu’elle nous parle du contexte. C’est bien là le point central de notre intervention : nous défendons l’idée que c’est dans une discussion avec un environnement social plus large que l’approche biographique nous intéresse et donc dans une confrontation entre l’individuel et le collectif.

Cette introduction place le point de départ de notre réflexion. Il s’agit, d’abord, de faire état des réflexions sur cette approche au sein des sciences sociales puis, comme le veut le cadre des chantiers de thèse, de mettre ces réflexions à l’épreuve du travail de terrain, notamment, ici, autour de l’usage de récits de vie.

Des perspectives concurrentes de l’approche biographique en sociologie et en sciences sociales : pistes de travail et commentaires de quelques textes

Maintenant que nous avons un peu précisé ce que nous entendrons par approche biographique dans cet exposé nous allons, dans cette première partie, présenter différentes approches développées en sciences sociales, et particulièrement en sociologie, autour de celle-ci.

Il s’agit ici moins d’un travail original que d’une lecture et un commentaire de différents travaux sur ce thème. L’objectif est de donner quelques pistes de lectures ou de raisonnements à ceux qui sont étrangers à cette démarche, mais pour qui elle présente un intérêt dans le cours de la thèse. Il ne s’agit pas d’une histoire de l’approche biographique en revanche, quelque textes importants existent déjà à ce propos (Peneff 1990, 1994, par exemple).

Le matériau biographique

Parlons d’abord du « matériau biographique », essentiellement lorsque celui-ci est tiré d’entretien. Quand on se réfère à l’approche biographique on parle en effet aussi d’un matériau de recherche, d’analyse, dans deux définitions, au moins.

  • Première acception : la matérialité même du matériau : le document de retranscription, son volume et sa densité, les notes…

Ça peut paraître trivial, mais un matériau biographique, c’est souvent imposant. Ça l’est surtout lorsqu’il est composé de la somme de plusieurs entretiens avec une même personne (ou une même famille), de documents transmis par l’enquêté, de notes ethnographiques décrivant les scènes d’entretiens, de la capitalisation de toutes les interactions sociales avec l’enquêté et son milieu. Tout cela apporte des éléments de « contrôle » sur les propos, des éléments de compréhension des trajectoires, des paroles, des pistes d’analyse, etc.

Pourquoi insister là-dessus… principalement pour mettre en évidence qu’un matériau biographique, ce n’est pas, bien souvent, un simple entretien d’une ou quelques heures. Mettons l’accent là-dessus parce que le statut de validité de l’analyse tirée de ce genre de matériau est souvent contesté. La densité du matériau nous montre bien souvent qu’il ne s’agit pas d’une simple « parole capter » (ce dont on accuse souvent la sociologie). Il faut également retenir que lorsqu’on parle de matériau biographique, il ne s’agit donc pas seulement d’entretien, mais d’un ensemble d’éléments de nature et de compositions très diverses, que l’on construit comme sources biographiques.

  • Seconde acception du terme « matériau biographique », la qualification de son statut en tant que matériau même. De quelle sorte de matériau, s’agit-il ? Dans ce registre, c’est la place – au sens de position dans une série tout autant que de position dans la hiérarchie des matériaux – que le matériau prend dans notre analyse qui est soulevée. Il n’est pas inutile de s’interroger sur ça. Ces réflexions peuvent en effet conduire certains auteurs à accepter qu’une seule biographie puisse suffire à analyser le social, si, entourée de tout un dispositif de recherche, elle est considérée, par exemple, comme le cas synthétique ou exemplaire tissant tous les fils de l’intrigue sociologique qu’on souhaite dérouler.

Des trajectoires, des flux, des parcours de vie, des carrières ou le statut de l’action du biographié et de sa biographie…

Venons-en maintenant au traitement de ce matériau. Il y aurait beaucoup à dire sur ce point : en termes de méthode d’’analyse (comparative, analyse du lexique, lexicométrie, analyse thématique etc.), de rapport de ce matériau aux autres, etc.

Le parti pris ici est de ne traiter que de deux aspects qui semblent être à la base de toute réflexion conséquente sur le sujet, mais aussi une première ligne de démarcation entre les différents auteurs : c’est celui du statut de l’individu en société et celui de la signification conférée aux biographies individuelles elles-mêmes.

Cela dit, c’est vraiment une question très complexe et on ne veut pas réduire la discussion à des oppositions d’écoles de pensées.

En résumé, on peut s’interroger de la façon suivante sur ce problème : qu’est-ce que apprend d’une biographie individuelle à propos du collectif ? Une fois posée la question de l’objet de recherche que vient informer la biographie (les trajectoires scolaires, professionnelles, militantes, migrantes, etc.), il reste que la division entre les auteurs n’est pas si forte à ce sujet. En résumé, une trajectoire individuelle, à elle seule, ne peut jamais rien nous apprendre du social. Tous s’entendent là-dessus. Cette biographie doit être restituée dans des systèmes de contraintes et de ressources collectives. Finalement, c’est plus le statut de la contrainte collective qui est débattu. C’est vraiment le nœud du problème en matière d’approche biographique, dont tout découle. Il y a, schématiquement, quatre perspectives parallèles autour de ce problème.

1/ La première perspective concerne les approches en termes de choix rationnel, les contraintes et les ressources sont des informations et les trajectoires s’expliquent par une reconstruction de la rationalité propre de l’acteur, vis-à-vis de celles-ci. Mais, de toute façon, la biographie n’a jamais vraiment d’importance en tant que telle pour ceux qui se revendiquent de ce courant.

2/La deuxième perspective est celle d’une rationalité moins formaliste. Ici c’est le sens donner au jeu avec les contraintes et les ressources qui va primer. Tel individu de tel milieu social ayant tel parcours, nous apprend finalement l’expérience vécue de tel phénomène social (la drogue, la prison, le chômage) qui représente souvent plus un « contexte » ou un « cadre » que quelque chose de vraiment analysé en soi.

3/Troisième perspective, plus structuraliste. Ici la biographie individuelle, qui ne tient jamais seule, est analysée comme un « cas particulier du probable ». En soi, un individu est une sorte de pli qui « débrouille », à son échelle, la situation d’un groupe construit par le chercheur et la situation de la structure sociale, à travers le temps. La biographie est quelque peu désincarnée, un « cas » parmi d’autres, en caricaturant un peu.

4/ Enfin, la quatrième perspective tient compte d’une manière plus souple de la contrainte collective dans le cas des recherches biographiques. Celle-ci s’inspire de la micro-histoire. La biographie individuelle ou les situations locales, y sont considérées comme des modulations situées de phénomènes qu’on peut dire globaux ou macro (l’émergence du capitalisme, par exemple). Comme le souligne Jacques Revel, « ce que le point de vue micro-historique offre à l’observation, ce n’est pas une version atténuée, ou partielle, ou mutilée de réalités macrosociales ; c’en est […] une version différente » (Revel, 1996 : 26) qui vient valoriser des événements de « basse intensité » pour reprendre la terminologie utilisée par Arlette Farge [2002] » p. 48

Quelques questions laissées volontairement dans un relatif suspens : causalité et temporalités

Il n’y évidemment pas uniquement ces problèmes de contraintes et de ressources collectives ainsi que d’ontologie qui sont impliqués dans l’analyse des biographies ou qui font débats dans le milieu des sciences sociales. Il y aussi débats sur la causalité et sur la temporalité. On laissera la causalité dans l’ombre, la temporalité sera le cœur de notre discussion.

La temporalité est une notion polysémique et on peut retenir deux manières de la traiter par-delà cette élasticité de sens.

Première manière, celle du type de temps que nous analysons dans une biographie. Est-ce celui de l’individu, de la société, d’un groupe en particulier, d’une ville. On admet que le temps est « relatif », dans le sens où les événements macro, meso et micro ont des décalages en fonction du référentiel utilisé. En plus des échelles d’observations, se fait jour la question des échelles temporelles. Deux bonnes « ficelles » permettent de traiter de ces décalages de temporalité et les articuler.

1/ La première « ficelle » est celle proposée par Fréderic de Coninck et Francis Godard. Ces auteurs « distingu[ent] trois grands modèles d’analyse » des biographies en termes d’articulation de temporalités.

a)Premièrement, « le modèle « archéologique », « centré autour de la recherche d’un point d’origine pertinent à partir duquel d’autres événements vont se mettre en place »,

Par exemple, dans le cas d’étude de carrière d’un groupe professionnelle : à quel moment se fait l’orientation vers la profession et les circonstances, mis en parallèle de l’histoire du métier.

b) Le modèle « du cheminement » dont l’objet est « la forme du processus lui-même » : par exemple, comment se déroule les différentes carrières étudiées, que donne la comparaison entre elle.

C) Enfin le modèle « structurel » qui s’intéresse aux temporalités qui « débordent une biographique particulière » (p.30). i.e. comment les carrières professionnelles se trouvent « formées » par l’histoire d’un métier.

2/La seconde « ficelle » pour traiter et articuler les décalages de temporalité et les articuler consiste à utiliser la notion « d’institution biographique » proposée par Jean-Claude Passeron. En résumé, on vient voir comment les temporalités macro-meso-micro se croisent dans des moments particuliers. L’institution biographique porte l’attention sur la frontière subjectif/objectif. Elle le fait en s’attardant sur un certaines des étapes biographiques cristallisées et socialement instituées, i.e. premier emploi, diplôme, divorce ; acquisition de la majorité. On parle là d’institution sociale des changements de statuts (avec l’existence notamment de prédécesseurs et de successeurs, d’un avant et un après).

Après l’articulation des échelles de temporalité, passons à la deuxième manière d’étudier la temporalité et la biographie, complémentaire de la première. Cette deuxième manière se rapporte aux rapports que le chercheur entretient lui-même avec le temps des enquêtés, comment il les « lit », pour le dire trivialement. Sur ce point, nous sommes redevables à William H. Sewell Jr. Ce dernier distingue trois types de regards sur la temporalité (et les phénomènes collectifs, d’ailleurs).

  • La temporalité téléologique, qui consiste à « attribuer la cause d’un fait historique, ni aux actions et réactions, mais plutôt à des processus abstraits et transhistoriques qui conduisent à un état historique futur. » (Bessin et al., 2010, p.112) dont on connaît déjà l’aboutissement (puisqu’on rencontre la personne qui a migré, qui a accompli telle ou telle chose sur laquelle objet de la recherche).

  • La temporalité expérimentale, qui renvoie à la décomposition du temps comme autant de séquences transposables de cas à d’autres (par exemple pour dire que le devenir chômeur est référé à la combinaison de moments X, Y, Z) à des fin de comparaison.

  • Enfin, la temporalité événementielle (celle que défend Sewell) qui reconnaît « l’importance des événements ». Dans cette approche, «la vie sociale peut être conceptualisée comme étant composée d’innombrables « faits » ou rencontres dans lesquelles les personnes et les groupes s’engagent dans l’action sociale. Leurs actions sont contraintes et rendues possibles par les structures constitutives de leurs sociétés.» (p.129). Mais en faisant place à l’inattendu et à l’événement, il s’agit ici d’expliqué la stabilité, le changement étant considéré comme l’état normal.

Voilà de la matière pour réfléchir et des pistes, concluons avant d’ouvrir une partie plus proche des préoccupations directes de l’enquête de terrain.

Classer les approches pour penser…

Pour clarifier et synthétiser les choses, on peut les organiser de manière schématique. Un travail auquel c’est plié Agnès Van Zanten. Elle affirme qu’il y a deux usages principaux de l’approche biographique  : subjectiviste et objectiviste ».

L’usage subjectiviste de la biographie

Postulats élémentaires : il n’y a pas d’identité figée ou unique, totalement cristallisée (ni dans le temps ni dans l’espace ni dans les structures sociales). La méthode biographique permet de mettre en évidence les règles des recompositions identitaires sur des cas précis. Il y a renoncement « au projet identitaire » et on s’attache aux variations vécues par l’individu.

L’usage objectiviste de la biographie

Postulats généraux : Au cours de sa trajectoire, un individu est amené à occuper différentes positions successives dans un (ou plusieurs) espace social donné. Reconstituer sa trajectoire permet de comprendre les règles de circulation dans l’espace social. Deux questions sont alors « centrales » :

comprendre comment les trajectoires bifurquent :

comment les trajectoires peuvent être constantes 

Van Zanten propose aussi quelques pistes méthodologiques. Elle structure sa réflexion autour de deux niveaux du « comment faire » :

  • Comment faire (1) ? Principes : Règle 1 : s’attacher au caractère longitudinal des données recueillies : successions, séquences… on voit que la réflexion sur la temporalité est importante…

  • Comment faire (2) ? Règle 2 : se placer « au ras du sol ».

  • La règle d’or des entretiens : des faits, des anecdotes, des éléments terre à terre.

  • Éviter les rhétoriques : les « hasards », les « rencontres », etc.

  • Disposer du plus de détails possible : éviter « l’effet CV ».

  • Comment faire pour cela ?

  • Pas de « pourquoi », mais des « comment ».

  • Ouvrir des boites noires : « je suis entré dans telle école, j’en suis sorti en quelle année ? » – savoir ce qui s’y est passé.

  • Relancer sur des épisodes escamotés (« là, que s’est-il passé ? »), des rencontres énigmatiques (« lui, comment l’avez-vous rencontré ? »), des recadrages de niveau de discours (« concrètement, qu’avez-vous fait ? »).

Approche biographique : pratique(s) de terrain

A partir de ce point « d’état de la réflexion », on pourrait partir sur le terrain en ayant justifié au préalable sa méthode. C’est ce que, en théorie, tous les chercheurs font. En réalité, dans la pratique de l’enquête de terrain, ce n’est pas vraiment la démarche que la plupart d’entre nous adoptons. Au risque de paraitre malhonnête, je vais me lancer dans une justification a posteriori. Je vais concentrer mon propos sur l’usage que je fais des récits de vie dans ma thèse, ce qui, vous l’aurez compris, me situe dans une perspective très compréhensive, qui fait la part belle aux subjectivités.

J’ai commencé mon travail sur les migrations égyptiennes dans le cadre d’une mission pour un programme de recherche, un an avant de commencer ma thèse. A ce moment-là, il n’était pas question de faire une thèse, il s’agissait juste d’une petite mission de 3 mois. Je proposais à la personne qui dirigeait le programme de comprendre les migrations égyptiennes en France et d’en dresser un bref paysage. Je voulais situer les migrations égyptiennes en France en explicitant les différentes « catégories » de migrations que l’on retrouve sur le territoire.

Lors des premiers entretiens, je n’avais aucune idée de ce que je cherchais et j’étais totalement dans une démarche exploratoire. Je ne savais pas quelle question poser, pour le coup, je ne savais pas ce qui pouvait faire problème. J’avais néanmoins une certitude : je voulais mieux connaitre les personnes que je rencontrais. Je voulais qu’elles se racontent. Je voulais laisser au maximum la parole aux gens pour qu’ils se racontent. Je limitais donc au maximum mes interventions et j’écoutais. Je commençais donc les entretiens par une question très large : comment on en vient à vivre en France ? Une question générale qui poussait les acteurs à expliciter un processus au travers de leur expérience personnelle.

Je tentais donc de capter d’une part la construction dans le temps des itinéraires migratoires et dans un second temps les contraintes et ressources qui avait permis ces itinéraires. Le récit de vie était donc ce qui me semblait le plus cohérent dans cette démarche exploratoire. Je leur demandais de détailler au maximum « Vous étiez avec qui à ce moment-là ? » « Comment ça s’est passé concrètement pour trouver l’argent pour partir ? » etc … A ce moment-là, je me disais qu’en récupérant un ensemble de récits de vie, je trouverais bien par la suite des ressemblances, des dissemblances de quoi exposer des pistes, des interrogations… c’était à mon sens, la méthodologie la plus souple qui me permettrai de découvrir le maximum de pistes de recherche au fil des discussions. L’idée était donc de construire un questionnement qui émergerai du travail de terrain, une démarche totalement inductive.

A la fin de la phase de terrain, mes entretiens partaient dans tous les sens. Comment organiser ces matériaux? Je décidais de regrouper les entretiens suivant la situation sociales des enquêtés : les étudiants et les travailleurs. Parmi ces derniers, les travailleurs dits « sans-papiers » et ceux qui en avaient pas. Déjà, ce premier classement faisait apparaitre des distinctions d’origine géographique. Les étudiants venaient des villes et les travailleurs de la campagne. Lorsque des travailleurs venaient du Caire ou d’Alexandrie, ils étaient issus des classes aisées …

J’étais donc capable d’apporter une première photographie des migrations égyptiennes mais ce n’est qu’après, et notamment au moment de préparer cette séance, que j’ai pu saisir combien les récits de vie avaient pu être et sont encore une ressource pertinente de récolte de données. Je me suis donc attachée à comprendre les points de départ des récits de vie, et plusieurs « modèles » sont apparus.

En effet, dans tous les entretiens, il y avait une certaine cohérence. Une cohérence impulsée par mes interlocuteurs dès les premiers échanges. A la question « Comment on en vient à vivre en France », les enquêtés commençaient par donner une première explication de leur parcours. Concrètement, ce point de départ était ce qui, pour les individus, faisait sens pour expliquer pourquoi ils étaient en France. J’ai alors dégagé quatre types de points de départ qui amènent à comprendre quatre registres que je vais essayer de simplifier, mais qui mettent en lumière comment ces récits de vie ont orientés certaines de mes pistes de questionnements.

  • Les francophones de familles francophiles

D’abord il y a eu ceux qui commençaient en me disant « tu sais moi j’ai été dans une école francophone parce que mes parents y étaient et puis mes grands-parents aussi ». Dans ce cadre, il s’agissait d’explorer la question de la reproduction familiale au sein de structures qui jetaient du coup la lumière sur la francophonie en Egypte où étaient évoqués les rapports entre la France et l’Egypte. Je commençais à saisir les imaginaires qui peuvent aussi pousser des jeunes étudiants à partir. Baignés dans un univers francophones et francophiles, on construit un ensemble de représentations qui accompagne le projet de mobilité. C’était aussi l’occasion de faire le point sur les dispositifs d’échanges universitaires, de comprendre comment les individus faisait leur « choix » dans un système de concurrence. Comment on entre dans le champ du savoir, ce que certains appellent le « marché du savoir » où des systèmes scolaires sont en concurrence au niveau international, où, pour le cas français, des universités et des grandes écoles sont mises en concurrence. Plus proche de mon sujet, je commençais à percevoir une part des politiques migratoires puisque la mise en place des dispositifs de mobilité pour les étudiants est une composante essentielle des politiques migratoires.

  • Les travailleurs du bâtiment issus du Delta

Deuxième cas de figure. Celui des travailleurs qui m’expliquaient que, dans leur village, tout le monde partait, que c’était normal. L’occasion à ce moment-là de parler de réseaux migratoires au sens de filière, là encore des questions de « choix » de départ face à une contrainte collective, à des traditions familiales, où l’on construit des stratégies matrimoniales … au-delà de la vie en Egypte, c’était l’occasion de parler de leur insertion par le travail une fois arrivés en France, souvent dans le secteur du bâtiment ou des marchés alimentaires, souvent donc grâce à ces filières faites de relations interpersonnelles construites en amont du voyage. Ces réseaux regroupait des relations familiales parfois dans des sens très large où on parle d’un cousin qui n’en est pas vraiment un, on évoque un voisin, ou l’ami d’un ami … etc.

  • Les travailleurs du tourisme dans les stations touristiques en Egypte

Dans un troisième cas, il y avait ceux qui commençaient par me parler des jobs qu’ils occupaient dans les stations touristiques du pays. Avant la Révolution, le tourisme était le premier poste de ressource du pays (aujourd’hui, ce n’est plus vraiment le cas). Ces moments de travail saisonnier leur avait permis de côtoyer des Européens et surtout des Européennes qui commençaient à leur donner le goût du départ. L’occasion pour les hommes d’évoquer les rapports avec les femmes, les questions de sexualité et là encore d’imaginaire, de rapport des dominations …

J’ai pour l’heure découpé ces catégories de manière caricaturale, car c’était surtout une manière de montrer comment le point de départ de l’entretien est loin d’être anodin. C’est indéniablement ce qui va nous permettre d’élaborer un premier questionnement car on propose aux acteurs d’expliciter le sens qu’ils donnent à leur trajectoire et cela permet de faire émerger un ensemble de pistes qui ont un sens pour les acteurs mais aussi et surtout pour les chercheurs. Il s’agissait aussi de montrer comment les récits de vie m’ont permis d’articuler différentes échelles d’analyse. Car le récit de vie à cela d’intéressant qu’il donne à voir une réalité complexe puisqu’avec une trajectoire, on peut faire varier les échelles d’observation.

  • Les militants politiques

Enfin, il y a une dernière catégorie qui me semble vraiment introduire une autre dimension de l’approche biographique, celle de la temporalité. Il y avait donc en dernier lieu celles et ceux qui me parlaient du manque de libertés et de démocratie en Egypte. Ils expliquaient leur choix de venir en France par une démarche politique.

Dans l’ensemble des cas très schématiques que je viens de présenter et pour faire écho à la première partie de cette communication, les récits de vie permettent la rencontre de deux éléments : les ressources et les contraintes ainsi que la question des temporalités. Ce dernier cas des militants politiques, (ceux qui expliquent leur trajectoire à travers le prisme du politique) est exemplaire sur cette dimension. J’ai commencé mes entretiens un an et demi après l’amorce du processus révolutionnaire en Egypte. Les entretiens étaient donc réalisés dans ce contexte-là, celui d’un temps politique particulier où les individus, lorsqu’ils étaient très impliqués se vivent à travers ce prisme du politique. Le temps de l’entretien est donc essentiel et doit être pris en compte pour prendre une première distance par rapport à ce que les enquêtés peuvent dire.

C’est certain, la manière dont j’ai exposé ces cas font la part belle aux subjectivités : j’ai exposé comment les individus ont expliqué leur trajectoire, quel regard ils portent sur leur mobilité et surtout comment ils la rendaient cohérentes à un instants T notamment en rationalisant leur choix. Mais au-delà de la question du choix qui pourrait là aussi nous faire discuter pendant des heures, ce qui importe dans ma démarche, c’est que les acteurs soient capables d’expliciter les contraintes mais aussi les ressources qui se sont présentés à eux. Dans ce sens, et même si l’on se doit d’être prudent par rapport à la généralisation, ces cas n’en restent pas moins des cas exemplaires, dans des configurations sociales possibles.

Ainsi, la dimension importante induite par cette mise en avant de la subjectivité, est la construction a posteriori d’un discours sur sa trajectoire. A priori oui, les individus construisent des discours sur leur trajectoire, la rende rationnelle, fluide et continue. Je ne développerais pas sur les critiques que l’on peut apporter, Bourdieu parlait d’illusion biographique … il a très certainement raison, bien qu’il y ai discussion, mais là n’est pas la question. Il ne s’agit pas de savoir si ce que l’individu raconte est vrai ou faux mais il s’agit de prendre au sérieux ce qui lui parait important. Oui, les récits de vie sont une reconstruction a postériori mais une fois qu’on sait ça, il n’en reste pas moins que ces récits nous informent sur deux choses au moins. On apprend comment la personne se situe dans l’espace, comment elle se raconte, ce qui fait sens pour elle mais il faut également avoir à l’esprit que l’énonciation est faite dans un temps précis : celui de l’interaction et celui de la période politico-sociale.

A mon sens, un large échantillonnage et la juxtaposition des récits de vie permet de donner à voir les variations au sein d’un groupe, celui des Égyptiens en France, et d’en expliquer les variations en fonction des classes sociales, des classes d’âge, du genre … (Thompson, 1980).

Pour terminer je reviendrais sur la présentation proposée par Agnès Van Zanten concernant l’usage objectiviste ou subjectiviste de la biographie. Je pense qu’il est possible de combiner ces deux usages. Surement à condition de multiplier les rencontres. Si les premiers entretiens sont d’ordre très général, très peu dirigé, les rencontres suivantes visent toujours à revenir sur des moments précis, des expériences particulières où le chercheur cherche à récolter des données spécifiques.

Il y aurait donc lieu de trouver un équilibre entre usage subjectiviste et usage objectiviste où l’on prend au sérieux les enquêtés tout en adoptant une posture distanciée, objectiviste … c’est ce travail d’ajustement de perspectives, parfois concurrentes, mais surtout combinables que l’on voulait mettre en discussion au regard de vos travaux respectifs.

[Début de la discussion avec les autres participants]

Bibliographie indicative

Balan J., Jelin B E., 1980, « La structure sociale dans la biographie personnelle », Cahiers Internationaux de Sociologie, 69, p. 269 289.

Beaud S., 1996, « L’usage de l’entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour l’“entretien ethnographique”. », Politix, 9., 35, p. 226 257.

Becker Howard S. 2006 [1970]. Le travail sociologique. Méthode et substance. Fribourg : Academic Press Fribourg. (Voir le texte sur le récit biographique et la mosaïque scientifique).

Bernard M.-C., 2014, « La « présentation de soi » : cadre pour aborder l’analyse de récits de vie », http://www.revue-interrogations.org, 17.

Bertaux D., 1977, Destins personnels et structure de classe, pour une critique de l’anthroponoomie politique, Paris (PUF Politiques), 323 p.

Bertaux D., 1980, « L’approche biographique : sa validité méthodologique, ses potentialités », Cahiers Internationaux de Sociologie, 69, p. 197 225.

Bertaux Daniel. 2010 [3e ed]. Les récits de vie. Paris : Armand Colin.

Bessin Marc, Bidart Claire, Grossetti Michel, Bifurcations. 2010. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement. Paris. La Découverte.

Bourdieu Pierre. 1986. L’illusion biographique. In : Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 62-63.

Bourdieu Pierre. 1980. « Le mort saisit le vif. Les relations entre histoire réifiée et histoire incorporée. In : Actes de la Recherche en Sciences Sociales, Vol 32-33.

Bourdieu Pierre. Avenir de classe et causalité du probable. In : Revue française de sociologie. 1974, 15-1. pp. 3-42.

Chaxel S., Fiorelli C., Moity-Maizi P., 2014, « Les récits de vie : outils pour la compréhension et catalyseurs pour l’action », Interrogations, 17.

Coninck F. de, Godard F., Coninck F. de, 1990, « L’approche biographique à l’épreuve de l’interprétation: Les formes temporelles de la causalité », Revue Française de Sociologie, 31, 1, p. 23.

de Coninck Frédéric, Godard Francis. 1989. Biographie et cycles de vie. Paris : Cahier du Cercom, n°5.

de Coninck Frédéric, Godard Francis. 1990. L’approche biographique à l’épreuve de l’interprétation. Les formes temporelles de la causalité. In : Revue française de sociologie, 31-1.

Demazière Didier, Dubar Claude. 1994. Analyser les entretiens biographiques. L’exemple des récits d’insertion. Paris : Nathan.

Didier Demazière. 2007. Quelles temporalités travaillent les entretiens biographiques rétrospectifs ? In : Bulletin de méthodologie sociologique [En ligne], 93 | 2007. URL :

http://bms.revues.org/506

Demazière D., 2008, « L’entretien biographique comme interaction négociations, contre interprétations, ajustements de sens », Langages et Société, 1, 123, p. 15 35.

Dubar C., 1977, « Bertaux Daniel, ~~Destins personnels et structure de classe. Pour une critique de l’anthroponomie politique.~~ », Revue française de sociologie, 18, 4, p. 692 695.

Ferrarotti F., 1980, « Les bibliographies comme instrument analytique et interprétatif », Cahiers Internationaux de Sociologie, 69, p. 227 248.

Gagnon N., 1980, « Données autobiographiques et praxis culturelle », Cahiers Internationaux de Sociologie, 69, p. 291 304.

Giraud F., Raynaud A., Saunier E., 2014, « Principes, enjeux et usages de la méthode biographique en sociologie », http://www.revue-interrogations.org.

Morin F., 1980, « Pratiques anthropologiques et histoire de vie », Cahiers Internationaux de Sociologie, 69, p. 313 339.

Passeron J.C., 1990, « Biographie, flux, itinéraires et trajectoires », Revue française de sociologie, 31, 1, p. 3 22.

Passeron Jean-Claude, Revel Jacques (dir.). 2005. Penser par cas. Paris : Editions de l’EHESS.

Passeron Jean-Claude. 2001. Acteur, agent, actant : personnages en quête d’un scénario introuvable. In : Revue européenne des sciences sociales [En ligne], XXXIX-121 | 2001. URL : http://ress.revues.org/643 ; DOI : 10.4000/ress.643

Passeron, Jean-Claude. 1990. Biographies, flux, itinéraires. In : Revue française de sociologie, Vol. 31, No. 1. URL : http://www.jstor.org/stable/3321486.

Peneff Jean. 1994. Les grandes tendances de l’usage des biographies dans la sociologie française. In : Politix. Vol. 7, N°27.

Peneff Jean. 1990. La méthode biographique. De l’Ecole de Chicago à l’histoire orale. Paris : Armand Colin

Poirier J., Clapier-Valladon S., 1980, « Le concept d’ethnobiographie et les récits de vie croisés », Cahiers Internationaux de Sociologie, 69, p. 351 358.

Thompson P., 1980, « Des récits de vie à l’analyse du changement social », Cahiers Internationaux de Sociologie, 69, p. 249 268.

. Revel Jacques (Dir.), 1996, Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard.

Sewell, William H. Jr. 1996. Three Temporalities: Toward an Eventful Sociology. In : The Historic Turn in the Human Sciences, edited by Terrence J. McDonald. Ann Arbor: University of Michigan Press.

Sewell, William H. Jr. 1974. Social Change and the Rise of Working-Class Politics in Nineteenth-Century Marseille. In : Past and Present, 65.

Van Zanten, Agnès. L’entretien biographique. Principes généraux, (PowerPoint sur demande).

Weber Florence. 2008. Une enquête dans l’histoire. Le travail à-côté, apogée d’une culture ouvrière européenne. In : Arborio Anne-Marie, Cohen Yves, Fournier Pierre, Hatzfeld Nicolas, Lomba Cédric, Muller Séverin (Dir.). Observer le travailler. Histoire, ethnographie, approches combinées, Paris, La Découverte.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *