La neutralité axiologique contre la recherche engagée : des notes sur mon rôle de chercheur dans des terrains politiquement chargés.

La neutralité axiologique contre la recherche engagée : des notes sur mon rôle de chercheur dans des terrains politiquement chargés.

Par Ben Kerste, doctorant au LAMES.

Selon certains auteurs, la ville peut être considerée, depuis l’émergence du capitalisme urbain au 19e siècle, comme un des lieux principaux où des conflits et des affrontements sociaux s’expriment et se gèrent (Lefebvre 2009 : 76/7). En poursuivant cette approche, David Harvey constate que des conflits urbains se sont multipliés ces dernières années (Harvey 2012 : 115), ce qui peut être considéré comme réaction à des politiques d’altérité et d’exclusion sociale ou à la mise en place des grands projets de développement urbain comme des Jeux Olympiques (Chalkley et Essex 2003 : 12), des Coupes du monde (Russau 2014 : 146) ou encore des Capitales européennes de la Culture (Mooney 2004 ; Lähdesmäki 2013). Dans ma thèse en sociologie, intitulée « villes créatives, villes contestées : approche comparée de deux villes, Marseille et Hambourg », je mets en perspective ces travaux. La ville de Marseille, désignée Capitale européenne de la Culture en 2013, m’offre un cadre privilégié. Depuis 2012, je fréquente divers milieux contestataires en m’interrogeant si et comment un tel événement majeur crée des dynamiques de résistance et de fédération dans des réseaux artistiques, associatifs et militants jusqu’ici éclatés. Ces terrains sont politiquement chargés et donc particulièrement sensibles. J’étais alors confronté à une multitude des questions, des défis et des problèmes de l’ordre méthodologique, épistémologique et éthique. Ce texte a comme objectif d’en lever quelques uns en surmontant l’opposition ontologique entre savant et acteur politique.

Extrait d’un de mes terrains : le squat Le Tableau Noir et le milieu autonome marseillais.

(…)

Vis-à-vis l’événement MP 2013, une banderole de 6 mètres a été affichée – lorsque la soirée de l’ouverture de la Capitale le 12/01/13 – ce rejet de la culture officielle, censée de détruire la ville et le lien social : « Arti$tes ; In/Off Alter-Off ; Urbanistes ; Flics ; Politicien-ne-s; Exploiteurs ; Pognon, Spéculation ; Corruption; Videosurveillance ; Contre le Social ; Exclusion; Enfermement; Militarisation ; Marseille Capitale de la Crevure. ». Des concerts sauvages sur la Plaine, les « Pirate Punx », ont été organisés une fois par mois pour investir l’espace public comme le bien commun et pour y exprimer cette vision politique de la culture : « Parce que parfois nous devons nous battre pour ce que nous aimons, même si c’est illégal. Parce que les politiques mènent une guerre contre tout ce qui est différent. Il est temps de réfléchir à quel genre de ville nous voulons vivre. Contre Marseille 2013, reprenons la rue. » (affiche de Pirate Punx, 11/10/12). La culture et l’art, ici, sont liés à des luttes et des fins politiques et sociales. Quels rapports ont-ils avec des approches artistiques non politiques ? « Artistes de merde, politisez vous ! » a été écrit sur le tableau noir lors d’un concert au TN. Même si une position aussi radicale n’est pas partagée par tous les gens du milieu autonome, ceci reflète néanmoins une distance générale de celui-ci envers tout ce qui est associé au monde de l’art et de la culture[1]. Dans une discussion avec un autre habitant du lieu, j’ai regroupé une diversité des initiatives – le TN inclut – sous le label de «cultures alternatives ». Une telle dénomination a provoqué son objection : « On n’est pas un nouveau ‘théâtre NO!’[2] », mais plutôt un « lieu de lutte » qui se définit par une approche politique et sociale, me dit-il. La culture, pour lui, est trop liée à une consommation passive et à un système d’éducation injuste. Après, même une culture politique peut se trouver rejetée dans ce milieu. A la fin de l’année 2012, le « Seul Problème » invite à une réunion d’information et de réflexion collective en matière de MP 2013. Cet endroit « social et autogéré » existait entre 2009 et 2013 dans la rue Consolat et donnait lieu à une infokiosk, une petite bibliothèque, divers ateliers et des réunions politiques tous autour des thèmes comme l’anarchisme, l’anti-capitalisme et le féminisme. Quarante personnes s’amassent dans la petite salle. La réunion commence à l’heure. Deux personnes présentent pendant 45 minutes les grandes lignes de la programmation de MP 2013 en constatant que, malgré certains projets de qualités, la capitale s’inscrit, dans son ensemble, dans des stratégies urbanistiques et sécuritaires qui renforcent la domination sociale et l’exclusion des groupes de personnes non-désirés. Ce constat est partagé par toute la salle, au moins, cette analyse n’y fait pas de débat. Le caractère participatif et populaire de plusieurs projets de MP 2013[3] provoque plutôt un mélange entre colère et amusement au sein des présents. Quant à la question de comment résister à un tel événement, la récupération des cultures alternatives par des pouvoirs en place est présenté comme inévitable. Un jeune homme de 25 ans : « J’ai bien peur que les gens artistiquo-culturels qui vont monter un mouvement de résistance, donne du crédit à Marseille 2013. Et à la première occasion ils vont dire : ‘Mais regardez, il y a des choses qui se font, des jeunes qui se bougent et qui s’investissent et puis tant mieux s’ils ne sont pas d’accord, il y a du sens critique et la démocratie, elle vit » [4]. En printemps 2013, suite à l’expulsion du Tableau Noir, le squat La Katiba a vu le jour afin d’accueillir des concerts dans une petite maisonnette rue de 3 mages, à la proximité de la Plaine. Quant à MP2013, leur position est claire et leur distinction par rapport à la culture est absolue : « Cette année c’est la fête, à ce qu’on dit ou a ce qu’on lit sur l’abondante sollicitation publicitaire qui nous somme de nous divertir. Expo, concerts, performances, etc, que ce soient les initiatives d’orgas indépendantes, du off ou celles de la ville, le vide est de rigueur. Triste répétition des gestes. On s’assoit, et on contemple les belles œuvres, mais rien n’est mit en jeu, rien de surprenant au point de transformer l’existant si ce n’est pour mieux l’aplatir, le maquiller, le lisser. Pour cette petite gymnastique chirurgicale, on nous construit des petits centres commerciaux de la culture, qui nous permettent de choisir dans les rayons de la friche et du mucem. » (Mail de la Katiba, 21/10/13). La seule culture légitime semble d’être celle qui n’est pas liée aux institutions. Le constat d’un processus de transformation urbaine liée à une culture lisse qui ne mettrait rien en jeu perd ici sa puissance de persuasion. A des analyses concrètes et fines, qui demandaient un rapprochement à l’objet d’analyse, ce qu’implique une mise en question de soi-même et une identification des propres paradoxes, fait place ici à un rejet net et général[5]. Il reste ainsi peu de champ de manœuvre et peut-être peu de volonté pour convaincre et mobiliser des personnes qui ne gravitent pas dans le même milieu.

La neutralité axiologique contre la recherche engagée : des notes sur mon rôle de chercheur dans des terrains politiquement chargés.

 La réunion au Seul Problème est un bon exemple de la fermeture de ce milieu. Après, elle est révélateur de mon rôle ambiguë et difficile de chercheur dans ce terrain. D’abord, je veux donner ici une idée générale de mon approche scientifique tout en mettant en question l’idéal d’un travail de terrain basé sur l’objectivisme et la neutralité axiologique weberienne. Pour cela, on peut tirer l’enseignement des travaux des grands chercheurs anthropologues que le travail du terrain, au contraire de leur manière de le présenter, est fortement influencé par des implications émotionnelles (Malinowski 1967), des intérêts personnels et idéologiques de recherche (Freeman 1983) ou encore des contacts (amicales) avec des informateurs (Casagrande 1960). A la différence des sciences naturelles, on a affaire ici à des sujets qui ne sont pas des figurants passifs de nos recherches, mais des acteurs, avec une conscience et un intérêt propre. Dans des cas extrêmes, cela nourrit la méfiance des informateurs et contribue à leur perception du chercheur, (contrairement à sa perception) comme espion des états étrangers (Agar 1980), comme représentant des colonisateurs (Spittler 2001) ou d’une entreprise (Roy 1970). Dans des terrains politiquement sensibles, la rapport entre chercheur et informateur/interlocuteur se complique encore. Ici, l’idéal d’une neutralité axiologique et d’une garde de distance du chercheur se prouve souvent comme insoutenable vis-à-vis des attentes politiques des acteurs du terrain. L’exemple de Roy sur des conflits syndicaux aux Etats-Unis en est révélateur : « La lutte entre salariat et patronat dans le Sud ne permet pas d’être neutre. Les gens sont d’un bord ou de l’autre, et aux yeux d’un salarié favorable au syndicat, déjà porté à être quelque peu paranoïaque du fait de ce qu’il vit comme une persécution, la personne extérieure qui ne manifeste pas son soutien pourrait bien être un espion envoyé par l’entreprise. » (Roy 1970 : 241).

Sous de tels conditions, l’idéal d’une distinction nette entre le savant et le politique peut provoquer des profondes problèmes épistémologiques, méthodologiques et éthiques, comme le montre l’exemple de la recherche d’Elise Massicard au sein des mouvements alévis identitaires (cf. 2002 : 135-7). Dans un terrain politisé, elle choisit une approche de multi-personnalité : « Comme d’autres chercheurs avant moi, j’ai dû m’efforcer de me comporter conformément à ce (que je pensais) que les enquêtés attendaient de moi, user d’un double langage pour leur inspirer confiance et essayer de ‘les faire parler’ un maximum » (Massicard 2002 : 127). Sauf que, ses informateurs se rendaient compte de ce double-langage et de l’ambiguïté de sa posture, entre autre parce qu’ils se connaissaient entre-eux et parce qu’ils la voyaient jouer et adapter des rôles dans des situations diverses. Par conséquence, ils ont commencé à se méfier d’elle et arrêtaient de partager des informations sensibles. J’argumente que, dans des circonstances pareilles, c’est justement l’implication, la prise de position personnelle, la proximité avec des informateurs, qui rend possible la recherche. Des terrains sont jamais neutres et même souvent chargés et traversés par des rapports de force, des tensions sociaux, des règles informels et des significations culturelles. Le chercheur doit alors montrer « qu’il est de bonne foi, qu’il ne mène pas un double jeu, qu’il est conscient de la gravité de la situation, qu’il ne sera pas une source de danger » (Bizeul 1998 : 756).

Dans ce sens, mon travail de terrain a été guidé par l’ambition d’une transparence de mes recherches et de mon propre positionnement. Comme le souligne Alban Bensa, nos « pratiques scientifiques sont hantées par des goûts et des options qui n’ont rien de scientifique, mais orientent nos choix de méthode et de théorie. (…) La campagne ou la ville, les humbles ou les puissants, la culture matérielle ou les idéologies religieuse, le proche ou le lointain, etc., autant de larges domaines qui attirent, laissent indifférents ou révulsent, selon nos parcours biographiques et notre Weltanschauung » (Bensa 2011 : 51, cf. Bourdieu 2003 : 283). On venant de Munich, une ville riche, propre et bien rangée, c’est justement le caractère socialement mixte du centre-ville marseillais, son réseau associatif vivant et ses friches délaissées qui ont attiré mon intérêt et mon admiration. Et c’est l’existence de marchés peu   chers comme celui de Noailles ou de la Plaine, sans parler des marchés clandestins, qui ont financièrement rendu possible mon séjour initial à Marseille. Sur le fond des processus de gentrification des villes-centre en Europe, je partage avec des divers acteurs de mes terrains contestataires un regard critique vis-à-vis les implications économiques et urbanistiques de la Capitale de la Culture 2013 en me méfiant des

promesses des élites locales d’un meilleur avenir pour tous les Marseillais. Ceci sans vouloir « romantiser » la pauvreté d’une grande partie de la population et, par conséquence, sans négliger la nécessité des mesures politiques qui visent à re-dynamiser le marché du travail ou à aménager des espaces publics délaissés. L’approche de la Critical Urban Theory m’est alors familière dans la mesure où elle souligne « the politically and ideological mediated, socially contested and therefore malleable character of urban space »[6]. Par rapport à mon intérêt de cibler ma thèse sur la contestation sociale, je ne pense pas ma proximité avec certains des acteurs contestataires comme un biais scientifique. J’argumente bien au contraire qu’il est relativement inévitable pour accéder à un terrain politiquement sensible. Au même temps, cela n’empêche ni un recul sur les conditions de recueuil de mes données, ni le développement de mes opinions propres, potentiellement en conflit avec ceux des informateurs. Le sociologue Xavier Dunezat constate ainsi, sur le fond d’un   enrichissement mutuel entre le militant et le sociologue, que les « militant-e-s de la cause ne sont pas toujours des défenseur-e-s aveuglé-e-s de la lutte, même si elles et ils sont des défenseur-e-s de la cause. Il existe plusieurs manières d’être militant-e-s de la cause et donc plusieurs manières de faire de la sociologie quand on milite. » (Dunezat 2011 : 97).

 

Contrairement à la lecture de la « neutralité axiologique » (Wertfreiheit) de Max Weber comme l’antithèse de l’intellectuel engagé, on peut souligner avec Isabelle Kalinowski la vie profondément politique de celui-ci pour montrer que « loin de prôner une ‘neutralité’ politique du savant en général, il se réfère beaucoup plus précisément à une conception de la pédagogie, qui insiste sur ce qui doit séparer la communication scientifique de la propagande politique ou religieuse »[7] (Kalinowski 2005 : 200). C’est cette distinction qui m’amène enfin à rejoindre la posture bourdieusienne d’un savoir engagé selon laquelle « il faut être un savant autonome qui travaille selon les règles du scholarship pour pouvoir produire un savoir engagé, c’est-à-dire un scholarship with commitment » (Bourdieu 2002). En matière de mobilisations sociales urbaines, cela implique d’interroger et de critiquer, malgré ou plutôt grâce à une position d’implication et de proximité avec le terrain, les postures et les comportements, les discours et les actes des militants. Selon le sociologue allemand Grischa Bertram, l’optimisme et la sympathie des chercheurs qui travaillent sur des mouvements sociaux risque de les amener à surestimer leur importance et leurs moyens. « Un regard sobre pourrait plutôt aider à mieux employer les ressources limitées (des initiatives …). Il serait plutôt important de s’interroger sur les conditions structurels d’un côté, mais surtout sur des formes de mobilisation et sur des stratégies de l’autre, qui rentrent possible l’émergence et le cheminement des mouvements locaux. » (Grischa 2013 : 172 ; ndt). C’est précisément dans cette approche que je situe mon travail de recherche en essayant de restituer, à des moments donnés, mon travail afin que « les résultats fassent l’objet d’un débat et d’une critique collective » (Dunezat 2011 : 95) et nourrissent ainsi d’une manière rétroactive ma réflexion, mes données et mon analyse.

 

A la fin de l’année 2012, j’ai commencé, pendant quelques mois, à fréquenter divers milieux contestataires marseillais. Si j’avais généralement peu de familiarité et d’habitude avec le milieu autonome, ni à Munich, ni à Marseille, je commençais à y connaître certaines personnes. Au début de la réunion au Seul Problème, une fille de Radio Galère demande l’autorisation de l’enregistrer. Cette radio libre et politiquement engagée, qui existe depuis les années 1980, est bien connue et estimée dans le milieu. L’enregistrement est autorisé. Contrairement à mes intentions initiales, je profite de l’occasion pour demander la même chose. Pour cela, je présente en quelques mots mon travail sociologique sur MP 2013 et sa contestation. Une des deux organisateurs, une femme de 26 ans, me connaît d’autres réunions et témoigne devant tous mon statut comme quelqu’un engagé et bien informé tout en m’invitant à enrichir le débat. Je me contente d’abord d’un rôle passif. J’écoute et je prends des notes pour avoir une idée plus distante de la réunion. Après une heure et demi, après l’autre des deux organisateurs pose comme question comment on pourrait s’opposer à « une machine comme 2013 » tout en gardant ses pratiques habituelles (concerts sauvages sur la Plaine, Le Charivari) et tout en les liant à des discours politiques adaptés. Je prends la parole pendant quelques minutes pour attirer l’attention sur l’existence de plusieurs initiatives marseillaises qui se posent les mêmes questions. Ma motivation consiste à la fois à créer des liens entre eux en analysant simultanément leurs rapports mutuels, les forces de coopération et de démarcation qui se déploient entre ces groupes. Je présente alors l’Assemblée de la Plaine qui s’est réunie la veille en discutant sur des enjeux comme l’appropriation de l’espace public ou l’organisation des concerts sauvages ou des bouffes de rue. Je décrits l’objectif de ce rassemblement des habitants engagés comme création d’une dynamique citoyenne à l’échelle d’un quartier. Ensuite, je présente également l’initiative Atelier Feuillant qui conteste le projet (toujours en cours) de construction d’un hôtel quatre étoiles entre Noailles et la Canebière. Comme contre-projet, cette initiative visait à garder l’immeuble public, en y associant des fonctions sociales pour le quartier tout en regroupant des initiatives diverses autour d’un même projet, p.ex. des membres d’un Centre Ville Pour Tous ou de ceux qui végétalisent les rues.

 

Les réactions des présents sont représentatives à la fois du rapport ils entretiennent, à priori, avec des initiatives « moins radicales » dans leur propos et dans leur stratégie, à la fois de la manière que je suis perçu dans ce milieu en tant que chercheur. Des mots comme « événement » ou « culture », « citoyen » ou « végétalisation » que je déploie pour décrire ces initiatives dépassent la confrontation radicale d’un « eux vs. nous », d’un « autonome vs. institution ». D’une part, les réactions à mes propositions sont (en grande partie) portés par une bienveillance vis-à-vis mon engagement et une sympathie envers moi comme personne. D’autre part, quant au contenu, ils ont majoritairement repoussés mes présentations. Le fait d’être connu au fur et à mesure par un certain nombre de personnes de ce milieu m’a permis d’assister à des réunions internes ou de prendre des photos p.ex. des concerts dans l’espace public. Souvent, cette identification a été facilitée ou confirmée via des connaissances personnelles qui fonctionne comme un espèce d’entremetteur en témoignant de mon appartenance (partielle) à ce milieu. Un incident pendant le Carnaval de la Plaine et de Noailles en 2013 illustre cela. Je venais de faire des photos. Une femme du collectif Primitivi viens me voir pour me dire que trois semaines plus tôt, lors d’un incident policier au campement des roms sur le Bd Plombière[8], où j’ai également pris des photos, elle m’a identifié comme « flic ». Sur la Plaine, elle m’a confié cela en disant que depuis, elle m’a vu à plusieurs soirées alternatives, ce que confirme à ses yeux mon appartenance à ces réseaux et ce qui a établi une base de confiance.

 

Si j’ai pu ainsi accéder à certaines informations ou participer à des multiples rencontres formelles et informelles, une méfiance généralisée du milieu autonome envers des chercheurs des sciences sociales a souvent imposé des limites à mon approche au-delà d’une observation participative. Notamment le noyau dur de l’équipe qui se constitutait autour du Seul Problème (une demi-douzaine des personnes) m’a toujours traité avec une méfiance et un comportement qui oscille entre des conversations superficiels et l’ignorance. L’organisatrice de la réunion au Seul Problème en est un bon exemple. Si elle m’avait introduit, au départ de la réunion au Seul Problème, comme personne digne de confiance, mes propositions ont ensuite fait basculer son avis sur et son comportement envers moi, jusqu’à une déconsidération presque hostile après la réunion. Au niveau du contenu, cet écart s’est exprimé ainsi :
« J’ai pas de tout envie de passer mon année 2013 à végétaliser les trucs, parce que ça me gaffe, parce que le Off végétalise déjà suffisamment bien et j’ai pas envie d’organiser des barbecues alors que eux ils ont des sous de je ne sais pas quelle boite pour le faire ».

Bibliographie :

 

Bensa, A., 2011 : Ethnographie et engagement politique en Nouvelle-Calédonie. In : Naudier D.,

Maud S. (éd.) : Des sociologues sans qualités? : Pratiques de recherche et engagements, Paris. pp.

44-61.
Bertram, Grisha 2013 : Kritisiert die Kritiker_innen! Kommentar zu Margit Mayers ‘Urbane soziale

Bewegungen in der neoliberalisierenden Stadt’. In : Sub\urban. Zeitschrift Für Kritische Stadtforschung,

Vol.1, pp.169-174.

 

Bizeul D., 1998 : Le récit des conditions d’enquête: exploiter l’information en connaissance de

cause, ” Revue Française de Sociologie, 39, 4, p. 751-787.

 

Bourdieu P., 2002, Pour un savoir engagé, Man : a monthly record of anthropological science.

Bourdieu P., 2003 : L’objectivation participante. In: Actes de la recherche en sciences sociales.

Vol. 150, Regards croisés sur l’anthropologie de Pierre Bourdieu. pp. 43-58.

 

Boltanski, Luc et Chiapello, Eve 1999 : Le nouvel esprit du capitalisme. Paris.

 

Brenner, Neil 2012 : What is critical urban theory. In: Neil, Brenner ; Peter, Marcuse et Mayer Margit (ed.) :          Cities for people, not for profit, London et New York.

 

Casagrande, J. B., 1960. In the company of man; twenty portraits by anthropologists. New York.

 

Dunezat, X., 2011 : Travail militant et/ou travail sociologique. Faire de la sociologie des

mouvements sociaux en militant. In: Naudier D., Maud S. (ed.). Des sociologues sans qualités ? :

Pratiques de recherche et engagements. Paris. pp. 80-97.

Essex, Stephen et Chalkley, Brian 2003 : Urban transformation from hosting the Olympic Games: university        lecture on the Olympics. Centre d’Estudis Olímpics, Barcelona.
Freeman, D. 1983: Margaret Mead and Samoa: the making and unmaking of an anthropological

myth. Cambridge, Harvard.

 

Harvey, David 2012 : Rebel Cities. From the Right to the City to the Urban Revolution. New York City.

Kalinowski, Isabelle 2005 : Un Savant très politique. In : La science, profession et vocation. Marseille.

  1. 191–223.

 

Lähdesmäki, Tuuli 2013 : Cultural activism as a counter-discourse to the European Capital of Culture       programme: The case of Turku 2011. In : European Journal of Cultural Studies, Vol.16; N°5, pp.598–619.

 

Lefebvre, Henri 2009 [1968] : Le droit à la ville. Paris.

 

Malinowski, B., and Bick, M., 1967: A diary in the strict sense of the term. New York.

 

Massicard E., 2002 : “Être pris dans le mouvement : savoir et engagement sur le terrain, Cultures

& conflits, pp. 117-143.

 

Mooney Gerry 2004 : Cultural policy as urban transformation? critical reflections on Glasgow, European city      of culture 1990, Local Economy, Vol.19, N°4, pp. 327–340.

 

Spittler, G. 2001: Teilnehmende Beobachtung als Dichte Teilnahme. In: Zeitschrift für

Ethnologie 126. Berlin. pp.1-25.

 

Roy, D.F., 1970: The study of southern labor union organizing campaings. In: Habenstein R.W.

(Hrsg.). Pathways to data, field methods for studying ongoing social organizations. New York,

  1. 216-244.

 

Russau, Christian 2014 : Die Juni-Proteste. In : Dilger, G., Fatheuer, T., Russau, C. et Thimmel, S. (et.al.).       Fußball in Brasilien: Widerstand und Utopie Mythen und Helden, Massenkultur und Proteste. Hamburg.
pp.146-158.

 

 

[1]Pour Boltanski et Chiapello, la critique sociale prend « appui sur la morale et, souvent, sur une thématique d’inspiration chrétienne, la critique sociale rejette, parfois avec violence, l’immoralisme ou le neutralisme moral, l’individualisme, voire l’égoïsme ou l’égotisme, des artistes » (1999 : 84).

[2]Une description générale de ce lieu « socio-culturel autogéré » se trouve dans le journal marseillais Ventilo, le 02/05/2012 à l’occasion de la « Fermeture du théâtre No ! » : http://www.journalventilo.fr/fermeture-du-theatre-no/ [dernier accès : 07/07/2015]. Une description faite par le collectif dans leur « Appel à soutien » : http://www.apeas.fr/Appel-a-soutien-du-Squat-de-la-rue.html [dernier accès : 07/07/2015].

[3]Au-delà de la programmation de l’Ouverture et du projet Quartiers Créatifs (cf. Kerste 2014), d’autres critiques sont faites qui méritent d’être montrées ici. Le projet L’Utopie d’Auguste Sander qui « propose de faire le portrait de personnes à la croisée de l’intégration et de l’exclusion sociale » met les gens en colère. Une femme résume : « Ils sont capables d’intégrer le marché à la sauvette, un côté du monde parallèle de Marseille et toutes ses inégalités, dans le programme d’un CEC. Ils sont capables de te virer les marchés aux puces et de te dire quand même qu’ils vont en vendre des statues des chômeurs financés par le pôle emploi. ».
L’autre exemple concerne une girafe sur la Canebière, construite en 2009 comme mobilier urbain lorsqu’un festival dédié à la culture du livre. Suite à la victoire du championnat du foot par l’OM en 2010, des bagarres bousculent le centre-ville de Marseille « (a)llant même jusqu’à brûler la Girafe faite de 3000 livres ». Pour certaines personnes du milieu autonome, cet acte de vandalisme constitue une révolte légitime contre une culture qui n’est pas la leur. Le faite alors, que le Off de la Capitale de la Culture se promouvoir en faisant référence à la girafe (comme il le fait avec des autres symboles caricaturaux de la ville comme « Poubelle la ville » ou « KalashnikOff ») signifie la récupération d’une critique sociale par des acteurs culturels non politique.

[4]F. Chougnier, le président de l’association MP 2013 répond ainsi à des critiques qui lui sont faites pendant une conférence sur les Capitales européennes de la Culture par rapport au risque de délaisser des initiatives culturelles locales : « Je pense que l’existence de ces réflexions latérales, convergente et divergente, fait parti de gérer une chose (plus large, …) C’est une excellente nouvelle, ça prouve que la société civile sait se mobiliser, s’organiser, se débrouiller, contester, être vivante, être critique, être créative. (…) J’ai des relations extrêmement correctes et cordiales et amicales avec le Off (…), parce qu’ils apportent une musique différente et pour moi l’Alter Off, c’est pareil. (…) D’ailleurs, il y aura d’autres programmations qui portent pas forcement des étiquettes du Out ou du Alter Off, qui sont des programmations autonomes et ça, je trouve ça fait parti d’une vitalité d’un territoire » (Chougnier, 10/05/12).

[5]Boltanski et Chiapello constatent que la « visée radicale de la nouvelle critique menace sans arrêt sa propre position de dénonciation, car on ne peut pas ne pas se demander d’où l’optique critique peut être adoptée si tout n’est que simulacre et que spectacle. » (1999 : 552).

[6]«  Rather than confirming the current condition of cities as the expression of transhistorical laws of social organization, bureaucratic rationality, or economic efficiency, (it) emphasizes the politically and ideological mediated, socially contested and therefore malleable character of urban space – that is, its continual (re-)construction as a site, medium and outcome of specific relations of social power. » (Brenner 2012 : 11).

[7]En outre, Kalinowski argumente que la conception de la « neutralité axiologique » (Wertfreiheit) de Max Weber, tardivement entrer en France via les états-unis par la traduction de Julien Freund en 1965, est le produit de la guerre froide et servait à dépolitiser les sciences sociales en les nettoyant d’un bagage marxiste (2005 : 192).

[8]Ce campement de Roms a été occuper à l’initiative de plusieurs associations et militants en novembre 2012. L’expulsion s’est effectué en juillet 2013.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *